Accueil > Entreprises Economie Emploi > Recruter-Former - Se former > Apprentissage > 20 mesures pour transformer l’apprentissage en France

20 mesures pour transformer l’apprentissage en France

| Publié le 23 février 2018 | Dernière mise à jour le 27 avril 2018
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

L’apprentissage est sans conteste l’un des meilleurs tremplins vers l’emploi : 70 % des apprentis trouvent un emploi dans les sept mois suivant leur formation.

9 février. Le Premier ministre, Édouard Philippe, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, et Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ont présenté le projet de transformation de l’apprentissage.

Il se décline en 20 mesures concrètes, 10 pour les jeunes, 10 pour les entreprises.

Un nouveau statut de l’apprenti très attractif pour les jeunes

  1. Tous les jeunes de 16 à 20 ans en apprentissage verront leur rémunération augmenter de 30 € nets par mois
  2. Tous les jeunes d’au moins 18 ans en apprentissage percevront une aide de 500 € pour passer leur permis de conduire.
  3. Tous les apprentis dont le contrat de travail est interrompu en cours d’année ne perdront plus leur année.
  4. Tous les jeunes qui souhaitent s’orienter vers l’apprentissage, mais ne disposent pas des connaissances et des compétences requises, auront accès à des prépa-apprentissage.
  5. Tous les jeunes et leurs familles bénéficieront d’une information transparente sur la qualité des formations en apprentissage qu’ils peuvent choisir.
  6. Tous les jeunes bénéficieront de plusieurs journées annuelles d’information sur les métiers et les filières en classe de 4ème, 3ème, 2nde et 1ère.
  7. L’apprentissage sera ouvert aux jeunes jusqu’à 30 ans, au lieu de 26 ans aujourd’hui.
  8. Tout contrat en alternance sera financé.
  9. Les campus des métiers seront favorisés et développés.
  10. 15 000 jeunes en apprentissage par an pourront bénéficier du programme Erasmus de l’apprentissage pour effectuer plusieurs mois de formation dans un autre pays d’Europe.

Lever les freins pour permettre aux entreprises de s’engager dans l’apprentissage

  1. Les partenaires sociaux co-écriront les diplômes professionnels avec l’État.
  2. Les aides à l’embauche seront unifiées et ciblées sur les TPE et PME et les niveaux bac et prébac.
  3. Le passage obligatoire et préalable devant les prud’hommes pour rompre le contrat d’apprentissage après 45 jours sera supprimé.
  4. La réglementation des conditions de travail sera revue afin de faciliter l’intégration des jeunes apprentis dans l’entreprise.
  5. La procédure d’enregistrement du contrat d’apprentissage sera réformée.
  6. La durée du contrat d’apprentissage pourra rapidement et facilement être modulée pour tenir compte du niveau de qualification déjà atteint par le jeune.
  7. L’embauche d’apprentis pourra se faire tout au long de l’année, et sera beaucoup moins contrainte par le rythme scolaire.
  8. La certification des maîtres d’apprentissage, par voie de formation ou de reconnaissance des acquis de l’expérience, sera encouragée.
  9. Les CFA pourront développer rapidement et sans limite administrative les formations correspondant aux besoins en compétences des entreprises.
  10. La qualité des formations dispensées par les CFA sera renforcée par un système de certification.

Un système de financement plus simple, plus transparent, plus incitatif

Le projet de loi doit être présenté mi-avril en conseil des ministres pour un vote avant la trêve estivale.

En savoir plus :

Retrouvez plus d’infos sur la réforme sur le site du ministère du travail

-- --

Légifrance | Mentions légales | Services Publics